Avec Btooom! ça boom !

Avec Btooom! ça boom !

Post Title

     Btooom! est prépublié dans le Shuukan Comic Bunch depuis 2009 au Japon, c’est Glénat qui s’est emparé du titre en France. Même si le synopsis n’a rien de bien original et laisse supposer une sorte de Battle royale il m’a plu dès la lecture des premières pages !

     

     Ryota est un jeune gamer très respecté dans le milieu et fait partie du top 10 des meilleurs joueurs mondiaux (rêve de tous gamer moi y compris) sur le jeu en ligne Btooom!. Joueur phare et véritable no-life,  il ne vit plus qu’à travers son jeu, au détriment de sa vraie famille, surtout sa mère, qui fait pourtant tout pour essayer de le réintégrer dans la société... Mais le jeune homme n’en a rien à faire. Jusqu’au jour où sa vie va littéralement changer. En effet, Ryota se réveille seul, perché sur un arbre accroché à un parachute, accompagné de son sac et d’une sacoche,  sur ce qui semble être une ile déserte. Comment est-il arrivé là ? Et pourquoi la première personne qu’il rencontre l’attaque avec des bombes ? Au bout de quelques pages, on comprend vite qu’il est en fait dans un environnement semblable à celui de son jeu préféré !

   

    On comprend alors rapidement que le héros se retrouve dans une version grandeur nature de son jeu vidéo préféré, il faudra à Ryota un peu de temps pour le comprendre. La mise en place de l’histoire ce fait de manière assez classique et prévisible certes, mais elle n’en reste pas moins plaisante, car l’auteur nous plonge directement dans le feu de l’action grâce à des scènes de combats dès les premières pages.

 

     Le ton est très vite donné et cette rapidité profite au rythme de l’histoire. Cela nous permet de comprendre rapidement les grandes lignes du jeu dans lequel notre héros est plongé. Comme évoqué plus haut, on se rend compte que l’on est bel et bien dans une sorte de Battle Royale, mais ici, ce concept est revisité grâce aux armes que sont les « Bim ». Ce qui je trouve fait le « charme » de l’histoire, pour une fois on ne se bat pas avec des armes « classiques » comme les armes à feux, blanches etc.

   

     Mais qu’est-ce que les Bims ? Ce sont des bombes dont chaque modèle possède ses propres spécificités. Il y a par exemple la Bim à fragmentation (explose au moindre contact, la bim à retardement (10sec max avant explosion etc). Les  « joueurs » devront alors apprendre à les utiliser judicieusement afin d’établir une stratégie car ils en possèdent un nombre limité.

   

      Le jeu peut paraître simple, mais il se base surtout sur la stratégie. Les types de bombes sont donc nombreux, avec leurs  avantages et leurs inconvénients. Ils demandent un mode et un contexte d'utilisation différents. Le radar est également un concept super intéressant et travaillé qui donne un atout majeur aux joueurs sachant s’en servir. Grâce à lui, ils peuvent  tromper, semer le doute et la discorde chez les participants. Même au court de l’histoire il est exploité, il n’est pas relégué au second plan et c’est ce qui est appréciable.

 

     Comme tout jeu de massacre, c'est violent et un peu gore, il est donc destiné à un public mature car il y aura aussi une tentative de viol... C'est aussi suffisamment violent pour montrer le désespoir des hommes dans une situation qu’ils ne maîtrisent pas. Mais attention il n'y a aucune violence gratuite ! Techniquement et graphiquement, c'est très bien réalisé. Voici donc une base assez intéressante, qui promet des duels mouvementés et variés.

 

     Les actions des individus que l’on va rencontrer vont être très variées. Ils adoptent tous une stratégie différente, soit ils vont attaquer directement, alors que d’autres vont essayer de former des clans ou encore mettre au point des plans pour achever leur ennemis… Ryota devra se méfier des autres et essayer de les cerner au mieux afin de savoir à qui il peut se fier ou non. On le ressentira dès les premières rencontres qu’il fera.

 

     Chaque protagoniste est doté d'une personnalité très forte. Les interactions entre chacun sont profondes et impliquent le lecteur. On finit par se mettre à leur place : cette personne est-elle digne de confiance ? Va-t-elle nous trahir ? Finalement, chaque joueur passe par toutes sortes d'émotions et de sentiments.

 

     Ce qui clairement améliore les bases assez classiques du récit, c’est l’efficacité des dessins lors des scènes d’action. La violence est bien dessinée mais jamais de manière trop explicite, on ne verra jamais de partie du corps dégoulinante, au contraire c’est plutôt dans la suggestion. Du côté des paysages, comme on le verra dans la suite on a tout un panel de décors différents tous plus époustouflant les uns que les autres. Ils sont très bien travaillés et possèdent de nombreux détails, surtout en ce qui concerne la nature.

 

     Le seul bémol de ce manga, parce qu’il en fallait forcément un, c’est que les sorties entre deux tomes sont plutôt longues ! En effet, à chaque fois que je fini un tome je languis de lire la suite. Inoue Junya arrive à nous tenir en haleine au fil de l’histoire et c’est ce qui est génial. Je trouve que souvent au bout de 15/20 tomes sortis, les séries s’essoufflent, et nous attirent pas comme au début. Mais à chaque fin de tome, l’auteur nous fait une révélation qui maintient l’intérêt en éveille !

 

Commentaires (0)