Youtube ? DeadTube ? Une différence mortelle...!

Youtube ? DeadTube ? Une différence mortelle...!

Post Title

     Comme on a pu le constater ces derniers temps, le manga de type survival est particulièrement à la mode. Du coup, on en vient à se demander qu'est-ce qui fait qu'un titre se démarque des autres. Et c'est justement cette question que l'on se pose en découvrant Dead Tube. Il est prépublié dans le Champion Red au Japon et chez Delcourt/Tonkam en France. C’est un duo que nous trouvons à l’origine de l’œuvre : au scénario nous avons Mikoto Yamaguchi (Scumbag Loser) et au dessin Touta Kitakawa.



     Ce que l’on peut dire dans un premier temps, c’est que Dead Tube est bourré de cliché. Le héros : Tomohiro Machiya est un élève de 2nd au lycée Gyotoku et n’a pas grand-chose de spécial. Passionné par le cinéma, il fait partie du club d'étude cinématographique de son école. Et là c’est déjà un premier point fort. On a enfin un club qui sort de l’ordinaire en rompant le cliché de celui des phénomènes paranormaux, de sport ou encore de cuisine.

 

     Notre héros est loin d’être un modèle pour ses camarades, il est timide, introverti au possible et ne vivant que pour sa passion, il est encore loin de sortir un jour avec une fille. Mais un jour, Mai Mashiro, une des plus belles filles du lycée, va lui demander de la filmer pendant 2 jours non-stop, même lorsqu’elle doit se rendre aux WC, prendre son bain...

 

     Beaucoup de personnages sont aussi très stéréotypés : on retrouve la brute épaisse qui martyrise ses camarades, la belle fille aux gros seins etc... Mais cependant, les auteurs arrivent à nous surprendre à travers les péripéties de l’histoire, mais je n’en dirais pas plus…

 

     Tomohiro se verra donc être sous l’emprise de Mai et tout ça à cause d’un « jeu » nommé Dead Tube. Le principe est simple, il suffit de faire une vidéo avec une règle précise et celle qui fait le plus de vue remporte une grosse somme d’argent. Un peu sur le principe de Youtube, (d’où le nom DEAD Tube). Au début j’avais peur qu’un tel concept puisse vite s'essouffler et qu’on s’en lasse. Or, il semblerait que les auteurs aient bien plus d'un tour dans leur sac ! Plus on avance dans l’histoire et plus les vidéos deviennent gores. A chaque fin de tome le duo arrive à nous surprendre avec des situations pires les unes que les autres. C’est parfois même trop glauque… mais vraiment beaucoup. Je pense ici au père ou à la sœur du héros, mais je vous laisse découvrir pourquoi. Les auteurs veulent nous choquer et nous donner du gore et ils y sont arrivés !

 

     Même si les personnages ne sont pas originaux, la manière dont les auteurs les utilisent est réussie et ils arrivent même à nous surprendre sur plusieurs scènes. Les protagonistes sont durs à cerner, ont tous un caractère bien trempé et même notre héros qui a l’air benêt, voir paumé, peut se révéler à certains moments très pervers.

 

     Le dessin retranscrit bien l'état d'esprit des personnages. Les scènes où on voit leur folie sont dessinées à la perfection, d’autant plus par la mise en style (si je puis dire) du sang qui fait naître un sentiment de malaise chez le lecteur. Le trait du dessinateur se veut très agréable même si son chara-desgin reste classique, avec des filles toutes plus jolies les unes que les autres etc.

 

     Pour en revenir au scénario, même s’il n’est pas très original il reste très agréable à lire. Je vous recommande vivement ce manga, mais attention il n’est pas à mettre dans les mains d’un jeune public car il y a des scènes de nudité et de violence qui pourrait les choquer !

 

Commentaires (0)