Vampire, Succube, Humain ... Un cocktail explosif !

Vampire, Succube, Humain ... Un cocktail explosif !

Post Title

          Shonen phare chez Tonkam, Rosario+Vampire est une comédie sentimentale sur fond d’univers fantastique. Un héros un peu neuneu, une douce demoiselle dont il s’éprend, différentes lycéennes qui s’éprendront aussi de lui… Même si cela semble peu original, l’originalité va s’illustrer à travers l’univers de la série : un monde où les monstres cohabitent secrètement avec les humains. Mais attention ce manga vaut la peine d’être lu ! Mais pourquoi me demanderez-vous ?

 

     Et bien tout d’abord parce que l'auteur parodie le fan service : les scènes de petites culottes et de poitrines presque dénudées sont tellement récurrentes que ça ne peut plus être "excitant" pour des pervers, les personnages dont la mascotte (une chauve-souris parlante trop mignone : Kou-chan) le montrent assez explicitement à travers leurs dialogues et leurs actions. À partir de la 2ème saison, ces scènes sont censurées, soit par la mascotte, soit par une tête d'ours (pedobear ?). De plus le mangaka ne s'arrête pas là en enchaînant les parodies de la manière la plus ridicule possible (course auto, gangs, deux mondes qui se rencontrent...).

 


     Le personnage masculin principal (Tsukune) n'a rien de bien spécial : naïf (mais pas trop), amoureux, mignon (mais certainement pas beau gosse), gentil, prêt à se sacrifier pour les autres, pas fort (mais pas faible non plus)... Bref c'est l'archétype du mec banal et inintéressant au début de l'histoire ! L’histoire bien que peu originale est bien exploitée, surtout grâce à une multitude de personnages. L'apparition de nouveaux protagonistes permet de ne pas se lasser du manga, cela crée une certaine dynamique !

 

     A première vue, la série n'annonce rien d'original, chaque fille que le héros rencontre va tomber amoureuse de lui. Le petit point négatif c'est qu'il y a un côté répétitif. En effet, chaque chapitre se déroule de la manière suivant: Tsukune fait une rencontre qui se transforme en ennui et il doit finir par se battre, Moka intervient et se fait retirer son rosaire pour le sauver. Enfin bon ce n'est pas très dérangeant selon moi, car cela va très vite changer.

 

     En plus de cela s’ajoute l'originalité de la double personnalité de Moka. En effet, les deux faces de la jeune fille changent du tout au tout. Nous avons d'une part une fille séduisante, douce et timide, et d'autre part une beauté aux airs taciturnes et à la force redoutable. Très sympa comme effet ! Il en est de même avec Tsukune au travers de ses combats et de l'histoire son évolution est abordé de manière très intéressante. Petit à petit, un scénario plus détaillé se dessine. Des adversaires plus charismatiques et de véritables arcs scénaristiques font leur apparition, les personnages gagnent en consistances en développant leurs pouvoirs. Akihisa Ikeda, s’il conserve un harem autour de son héros, opte finalement par la suite pour un shônen d’action. Les combats ne sont certes jamais bien longs mais présents en permanence, et magnifiés par un super coup de crayon. D’ailleurs le mangaka parodie le fait que ces combats ne soient pas long avec l’intermédiaire de Kou-Chan qui s’amuse à les chronométrer.

 

     Rosario+Vampire fait donc partie de ces séries à proposer de nombreux personnages qui se présentent petit à petit tout le long de la série. Certains apparaissent mêmes très tard, mais deviennent des personnages très importants. Au départ, les clichés se succèdent : Nous avons le héros bien naze et inutile, la belle et svelte demoiselle cachant une seconde personnalité redoutable, la charmeuse aux gros seins et la petite fille surdouée qui ravira les amateurs de moe. Même si ce sont pour la plupart des personnalités clichées du monde du manga, les liens de d'amitié qui entourent les personnages et leurs évolutions (physique et psychologique) au fil de l'histoire vient rompre ce cliché pour finalement nous permettre de nous attacher à eux.
 

     Après les personnages, attaquons nous à l'univers de l'histoire ! Pour créer ses monstres, l’auteur réinvente les créatures de différentes mythologies. En demeure alors un bestiaire extrêmement varié (à la Teen Wolf). En effet on y retrouve des succubes, des sirènes, des loups garous, des vampires etc.
Le titre avait, bien sûr, une signification, Moka porte un rosaire autour du cou. Il bloque ses pouvoirs et son double démoniaque. Si quelqu'un le lui retire (elle ne peut pas le faire elle-même), la jeune fille qui semble si fragile laisse place au vampire sexy, implacable et sans pitié.

 


      Le style de dessin de l’auteur est assez maladroit aux débuts de l’histoire, mais ce style graphique ne cesse de progresser tout au long des tomes. Ce dernier joue sur les effets d’ombres pour donner un relief à ses personnages. Il fait preuve d’un détail important lors des scènes d’action afin de rendre celles-ci impressionnantes visuellement. L’auteur est ainsi sur la bonne voie, cette évolution augmente encore dans la seconde saison. D'ailleurs on peut clairement voir cette évolution aux travers des différentes jackets ! Il en est de même avec le lycée aux aires de maison hantée ! Que ce soit les dortoirs, les salles de cours, le hall etc il est dessiné avec énormément de détails.

 

      On pourrait presque dire que la première saison, est une période durant laquelle l’auteur a pris ses marques, a introduit différents personnages ainsi que le scénario. Quant au fait qu’il y est deux saisons c’est suite à la suppression du magazine de prépublication original de la série, qui a dû être déplacée vers un autre mensuel de l’éditeur Shueisha.

 

Attention je vais aborder rapidement la fin !

Je l’ai trouvé un peu longue, et qui part légèrement en live ? Mais rien de dérangeant contrairement à d’autre manga que j’ai connu où la fin était catastrophique !

 

Comme vous l’aurez surement compris je vous recommander cette série ! Et si vous le pouvez acheter la d’occasion cela vous reviendra moins cher !
 

 

Himiko

Commentaires (0)