Des enfants traqués.

Des enfants traqués.

Post Title

     L’Île de Hozuki a pu voir le jour pour la première fois au Japon en 2008 grâce au magazine de prépublication de Square Enix Young Gangan. Le projet été naît prêt de 3 ans auparavant mais rejeté par les éditeurs de l'époque. Éditée en 2010 en France chez Ki-oon, c’est la première œuvre que j’ai connu de Kei Sanbe.

 

     Ce bon thriller mélange faux-semblants, mensonges et paranoïa, où chacun a sa part d'ombre... Chose étonnante dans ce manga, c’est que malgré le ton très adulte, les personnages principaux sont tous des enfants. Leurs histoires font froid dans le dos : meurtres, disparitions, visions fantomatiques et sombres machinations se succèdent sur cette île inquiétante... Le mangaka évoque ainsi des sujets d'actualités très matures tels que le suicide, l'abandon ou bien encore la mythomanie et la violence parentale.

 

     L’Île de Hozuki a aussi la particularité de planter assez efficacement une palette de personnages, tous étant répartis en deux camps distincts. D’un côté, les enfants quels qu’ils soient sont présentés comme les héros de l’intrigue, ayant les adultes comme unique menace. Ces adultes sont ainsi présentés comme des ennemis. En effet, ils restent très énigmatiques et par moment effrayant hormis Kai, le dernier professeur arrivée sur l'île qui semble plus sympathique que ses collègues. Or je n’arrive pas à déterminer si elle est honnête ou si elle joue un rôle.

 

     Au niveau des protagonistes nous avons donc Kokoro qui est le narrateur et qui est entouré de personnages attachants mais qui restent tout de même cliché :

- Yume, la petite sœur aveugle mais dotée d'une très bonne ouïe,

- Hatsune, une jeune fille fragile,

- Rikiya, le dur au grand cœur,

- Futoshi, le « boulimique »,

- et enfin le surdoué Shûichiro.

 

      Là où Kei Sanbe excelle, c'est dans la narration et la mise en scène. Tout est parfaitement fluide, il n’y a aucune longueurs on n’a pas le temps de s’ennuyer. En plus de ça, nous remettons constamment en question les personnages et leurs véritables intentions. Les alliés sont-ils tous de confiance? Les ennemis sont-ils ceux que l'on croit ? Le mangaka réussit à nous immerger dans son histoire, et à nous faire tourner en bourrique. Dans ce premier tome le mangaka nous fournit des explications tout à fait plausibles (pour le moment), au fur et à mesure afin de nous garder en haleine.


     Graphiquement, c'est beau, les personnages sont très expressifs et l'île très bien dépeinte (l'auteur a voyagé pour s'en inspirer). L’auteur fait preuve de tout son talent pour faire monter crescendo la tension. Le coup de crayon de Kei Sanbe est convaincant, dynamique et expressif. L'ensemble est doté d'une mise en scène sachant faire ressortir toute la tension angoissante et malsaine. Les décors sont soignés et comportent de nombreux détails, le noir domine le blanc. Les expressions des personnages sont aussi très bien détaillées ce qui rend l’atmosphère angoissante d’autant plus importante.


     Mais sa véritable force réside sans doute dans sa capacité à nous faire vivre les évènements à travers les yeux des enfants, surtout de Kokoro, qui découvre tout en même temps que nous. On aborde les problèmes sous un nouveau jour, une nouvelle vision (jeune) qui change de celle d’adolescents ou d’adultes.

 

     Notons aussi que Kei Sanbe, présente à plusieurs reprises les personnages féminins peu vêtus. Quand il s’agit d’Hatsune, l’auteur utilise cette nudité comme un élément narratif afin d’accroître l’horreur et la vision diabolique que les enfants ont des adultes. Mais concernant le professeur Kai et ses tenues moulantes on n’y croit pas vraiment…

 

     Si la scène d'introduction situe cette saga dans le genre thriller horrifique, l'enquête menée par les enfants afin de découvrir l'origine des nombreuses disparitions s'avère également parfaitement maîtrisée en ayant quelques indices dissimulés ci et là. Multipliant les pistes, l’auteur installe une ambiance d'épouvante et fait lentement monter la tension. 

Un très bon manga thriller à lire !
 

 

Himiko

Commentaires (0)