Paysages et décors somptueux

Paysages et décors somptueux

Post Title

     Première œuvre en France de Yuko Gureishi, Somali et l'esprit de la forêt est publié aux éditions Komikku. Je n’avais jamais entendu parler de ce manga jusqu’à ce que j’en discute avec une collègue de boulot, et je n’en suis pas déçu !

 

     Comme dans tous bons récits d’aventures (Fairy Tail, Pandora Hearts…), tout commence par une rencontre qui bouleverse la vie de l’un de nos protagonistes, s’en suit alors une quête qui les amènera à effectuer un long voyage semé d’embuche.

 

     Et Somali n’échappe pas à cette règle puisqu’on va rencontrer notre petit duo en cours de route. L’histoire va se construire autour des différentes rencontres que nos héros sont amenés à faire ; et pour cela, l’auteure nous dévoile une incroyable diversité dans les espèces :

  • être vivant (humains, oiseaux, lapins...)
  • êtres folkloriques (golems, magiciennes, fées, nymphes, démons...),
  • en passant par des êtres imaginaires (lapins à cornes, poissons dévoreurs de livres...).

 

     Et là où Gureishi excelle, c’est que cette diversité ne se limite pas aux espèces, et que l’on peut l’apprécier dans chaque lieu visité. Ils possèdent chacun leurs spécificités en termes de paysage et d'architecture, à chaque halte on va découvrir des coutumes typiques des différents peuples croisés, un peu comme nous quand on voyage dans le monde entier et qu’on découvre d’autres cultures.


     L’auteure nous plonge directement dans son univers sans rien nous expliquer. Petit à petit, nous sommes amenés à connaître ce mystérieux golem. N’ayant jamais quitté sa forêt natale, nous allons découvrir le monde à travers ses yeux. Le procédé d’identification est d’autant plus fort puisce que nous évoluons en même temps que lui. Nos héros ont une relation très complice, ils apprennent l’un de l’autre malgré leurs différences d’âge et d’espèce. La jeune Somali découvre ce qui l’entoure aux côtés du golem, doté de connaissances sur ce vaste monde. Il va se révéler touchant dans sa façon de prendre soin de Somali et de la protéger. Il s’entête à dire qu’il ne ressent rien mais pourtant au contact de la jeune fille il commence à sentir de petits changements opérer en lui ; il commence à pourvoir éprouver des sentiments.

 

        Le trait de Yako Gureishi est très bien maitrisé. Les dessins sont fins, précis et très détaillés sans être trop surchargé, ce qui est appréciable et nous permet de nous immerger totalement, et cela surtout grâce aux décors et arrières plans qui en regorgent. Il en est de même pour le chara-design du bestiaire particulièrement fourni et foisonne de détails.

 

     Les dessins sont donc d’une extrême richesse et finesse et on voit rarement ce genre de choses. En termes de détails en arrière-plan, ce manga m’a fait penser à Arbos Anima, même si Somali est un niveau au-dessus !

 

     On est donc directement immergé dans un monde fantasy, avec une faune et une flore très diversifié ! Le golem a un chara-design très travaillé, qui correspond bien à l’univers d’après-guerre / apocalyptique dans lequel se déroule l’histoire. Somali bien que peu originale mais dont ses moues la rende mignonne a un signe distinctif : sa capuche avec des cornes (=centaure) pour pouvoir cacher le fait qu’elle soit humaine et se fondre dans la masse.

 

La seule question qui se pose ici c’est de savoir où sont les humain, et c’est là le but du voyage de nos héros.

Un manga vraiment magnifique avec des personnages tous plus attachants les uns que les autres ! Je vous le conseille vivement !

Himiko

Commentaires (0)