Comment battre Satan quand on est son fils?

Comment battre Satan quand on est son fils?

Post Title

     Après avoir créé Robot to Usakichi, Kazue Kato nous arrive en France avec Blue Exorcist publié chez Kaze depuis Mai 2010. Il est prépublié depuis avril 2009 dans le magazine Jump Square de l'éditeur Shūeisha

 

     L'intrigue est assez classique, le héros, Rin Okumura, 15 ans, s’avère être un adolescent turbulent, qui ne cesse de se battre et qui déteste les études. Il crée souvent des situations impromptues et à problèmes, un peu à la manière d’un Natsu (Fairy Tail). Cependant, il va apprendre du jour au lendemain qu’il est le fils de Satan et qu’il en a hérité les pouvoirs. Suite au décès de son père adoptif, il va décider de s’inscrire dans l’académie de la Croix Vraie pour devenir exorciste afin de combattre les démons et son géniteur.

 

     Alors que d’autres auteurs auraient choisi de dévoiler sa véritable identité plus tard, voilà qu’on l’apprend dès le premier tome. Un procédé intéressant mais qui fait que ça marche et qu’on accroche directement !

 

     Le premier atout de Blue Exorcist réside incontestablement dans un univers travaillé et cohérent où Kazue Kato mélange plusieurs références bibliques avec les mythologies japonaise. En revanche, malgré quelques sutras récités par ci par là, le manga s’avère plus proche d’un shônen ultra bourrin. En effet, la plupart du temps, pour ce qui est des armes des exorcistes, nous avons les automatiques de Yukio, des lance-flammes, le sabre de Rin, l’eau bénite etc.

 

     Malgré tout, le manga reste également fidèle avec de nombreux clichés du genre : le héros orphelin à la puissance démesurée, bourrin et qui veut devenir plus fort pour protéger ceux qu’il aime, l'inévitable katana, le personnage féminin à la poitrine généreuse, la jeune première de classe… Pour autant, Kazue Kato se démarque en traitant avec beaucoup d’humour des thèmes typiques de l'adolescence (les premiers amours, l'envie de se faire des amis etc).

 

      L’auteur nous présente une école d’exorciste vraiment intéressante. Pour commencer, quand on la voie de loin, on peut observer qu’elle est vraiment très détaillée et que son design est particulier, puisqu’elle est tout en hauteur et très dense (dans le sens où toutes les infrastructures sont très rapprochées les unes des autres). On dirait presque l’Aincrad dans Sword Art Online.

 

     Nous avons aussi des systèmes de pièges (barrière magique) pour éloigner les monstres etc. Un autre dispositif à base de clé est aussi présent. On ouvre des portes à l’aide de ces dernières afin de se rendre dans un endroit précis. C’est un procédé assez sympa qui permet de ne pas perdre de temps dans les transports !

 

     Graphiquement le dessin est vraiment plaisant, le trait est maîtrisé, dynamique et surtout très détaillé. Même s’il reste dans le style des bons vieux shonens, on peut très vite s’apercevoir que la dessinatrice nous offre un chara-design très diversifié qui est un régal pour les yeux.

 

     En effet, elle créer des personnages incroyables (tant au niveau des coupes de cheveux, que des tenues vestimentaires etc). Les exorcistes (ou aspirant) ont tous leurs propres identités, avec un rôle qui leur ai propre et que seuls eux peuvent avoir.

     Le bestiaire au niveau des monstres et autre familier est aussi très fourni et très bien exécuté, on ne peut d’ailleurs que s’attacher et craquer pour Kuro, Ninou…

     Son style graphique sait se montrer dynamique lorsque cela s’avère nécessaire avec des traits pas trop marqués et pas trop lourds lors des scènes d’actions, contrairement à ce qu’on peut voir dans certains shonen où on a du mal à comprendre certaines planches.

 

     De plus, le fait que l’histoire se déroule en partie dans le milieu scolaire, et sur le terrain, fait que l'on a pas le temps de s’ennuyer car on change souvent d’endroit. Les décors étant toujours très travaillés et détaillés, on passe alors du temps à les contempler, on s’émerveille à chaque nouvelle découverte de paysage et c’est ce que j’apprécie. Rien n’est oublié ou laissé au hasard !

 

     Pour en revenir aux personnages, bien qu’au début ils apparaissent comme un cliché du genre (la première de la classe, le bourrin qui veut se battre, la femme dénudée à forte poitrine etc), on va vite se rendre compte que ce n’est pas le cas et qu’ils vont sortir du lot.

 

     Ils vont se révéler attachants car ils possèdent tous une part de mystère concernant leur passé et un caractère (bon ou mauvais) qui leur est propre, il n’y en a pas deux qui se ressemble (encore un point fort). Par exemple, les gens vont se méfier de Rin car il est le fils de Satan, Ryuji, est un moine au fort caractère, Izumo est la première de la classe, ou encore et le meilleur pour la fin, Mephisto, le proviseur de l’académie complétement barré au look et au design particulier (bouffon ?) dont on ne connaît toujours pas les réelles intentions. Il semble vouloir exploité Rin mais à quelle fin ?

 

     Au vu de ce mélange détonnant de différentes personnalités, cela va créer des situations intéressantes. Ils vont tisser des liens et passer par divers sentiments : l'amitié, la solidarité, la fraternité, les disputes ...
 

     Mais la relation la plus intéressante reste bien évidemment celle de nos deux frères jumeaux puisqu’elle va se montrer assez particulière et pleine d’ambiguïté. Ils vont être tantôt opposés et rivaux, puis très proches... L’auteure arrive à nos dépeindre une relation très forte mais difficile à vivre avec brio. On sent que Yukio peut être jaloux de ne pas avoir hérité des pouvoirs de Satan, mais qu’il a à la fois très peur d’en avoir.

 

     Et j’en viens donc à vous parler d’un petit bémol que je pourrai émettre quant à ce personnage. A 15 à peine, il est déjà titulaire d’un poste à l’académie et est bourré de complexe et qui parfois, peu se montrer trop dur envers son frère. On a l’impression qu’il porte le poids du monde sur ses épaules. Résultat on peine à s’attacher à lui, qui est trop jeune et trop mature à la fois.

 

     Quant au fan service, il est très peu présent, sauf si on prend en compte l’existence de Shura... C’est l’exception qui confirme la règle !

 

     Blue Ecorcist est donc un récit d'aventure/action comme on put les aimer et dont on ne peut qu’attendre la suite avec impatience ! Du haut de sa presque vingtaine de tomes, Blue exorcist va surement s'imposer comme une des références du genre.

 

A lire en urgence !

 

Himiko

Commentaires (0)