Faut-il côtoyer la mort pour apprécier la vie ?

Faut-il côtoyer la mort pour apprécier la vie ?

Post Title

     Publiée de 2011 à 2013 dans les pages du magazine Beat's de Mag Garden et crée par Noboru Asahi, Courrier des miracles nous arrive en France aux éditions Komikku.


     L’univers nous plonge aux côtés d’un jeune garçon dont on cerne vite qu’il n’a aucun intérêt pour la vie qu’il mène… Il est terne, passif, en a marre de vivre dans une routine quotidienne où les jours passent et se ressemblent… Bref un personnage dont on n’arrive pas à s’attacher au début tant il est blasé. Seulement notre avis va vite changer tout comme sa vie lorsqu’il sauvera un pigeon blanc… Oui, oui un pigeon blanc ! Je vous passe les péripéties qui le mène à son action et à sa mort (je vous laisse les découvrir) car c’est bien à partir de ce moment que le personnage et l’histoire vont s’avérer intéressants !

 

     Quand il se réveille il se retrouve dans un endroit au décor très neutre et blanc. Il se trouve en réalité entre la vie et la mort ! Il y retrouve le fameux pigeon ainsi que le maître des lieux : un fantôme avec un design assez drôle. Il ne porte qu’un drap qui recouvre son corps, laissant transparaître ses bras et ses jambes.

 

     Le héros est-il mort ? Se trouve-t-il au paradis ? Non, le fantôme lui explique que pour pouvoir revenir à la vie il  doit livrer des miracles sous forme de lettre / colis sur terre. Et c’est seulement une fois qu’il aura effectué assez de livraison qu’il pourra regagner son corps qui se trouve actuellement dans le coma. Pour cela il se retrouve dans le monde des vivants sous la forme d’un fantôme visible qui peut interagir avec les humains. Cependant s’il n’arrive pas à les livrer assez rapidement, ou si les « cibles » n’acceptent pas le miracle dans un délai imparti, il se verra attribué des pénalités, qui ne lui permettront pas de récupérer rapidement son corps…

 

     Ce manga soulève beaucoup de questionnement, qu’est-ce que le bonheur ? Pourquoi s’accrocher à la vie si on n’y tient pas ? Pourquoi survivre pour avoir une vie décevante ? Toutes ces interrogations sont liées par deux thématiques : aller à la recherche du bonheur et aller à la recherche d’une vie qui vaut la peine d’être vécue.

 

     Ce qui va pousser notre héros Makoto à se poser des questions : qu'est-ce que ça lui apporterait de revenir à la vie ? Est-ce qu’il va manquer à ses proches ? Et bien d’autres.

 

     Et c’est grâce à ses premières livraisons et à travers des rencontres qu’il va petit à petit commencer à changer et à s’interroger sur la Vie. Entre une jeune fille qui aimerait de nouveau communiquer avec son ami d'enfance, un parieur invétéré, ou un banal étudiant, les premiers cas que Makoto croise sont plutôt variés et l’amène à se remettre en question.


     Ces personnes ont, à un moment de leur vie, besoin d’un miracle et pour les aider aux mieux, notre personnage principal va s’impliquer énormément pour que réussisse ses missions et leur redonner le sourire. Et cette implication va rendre le jeune homme beaucoup plus actif qu’il ne l’a jamais été, le faire sortir de sa vie quotidienne… Chaque livraison qu’il effectue a une portée moralisatrice, et chacune d’elles vont lui permettent de se rendre compte de l’importance de la vie, de la vitesse avec laquelle elle peut nous échapper… De plus, quand il apporte un miracle, il rend les gens heureux et par un effet boomerang, ils vont indirectement lui rendre la pareille. En s’intéressant à ces personnes et en observant leurs réactions il va se mettre à réfléchir et donc évoluer psychologiquement. Peut-être va-t-il vouloir revenir à la vie et la croquer a pleine dent qui sait ?

 

     Si la trame peut être basique les deux premiers cas sont touchants et ne nous laisse pas indifférents. Néanmoins c’est bien le dernier chapitre qui va bouleverser les choses avec un cliffhanger qui ne nous laisse pas en reste et dont on languit de savoir la suite !

 

     Au niveau du dessin, le mangaka ne possède pas un trait qui sort du lot mais cela reste propre. Il n’y a pas vraiment de distinction particulière, si ce n’est la scène de l’accident où un a vraiment cette impression d’impact et lorsque le héros se retrouve au « paradis ? » ou tout est neutre, blanc.

En effet dans ces scènes-là, les vignettes sont vides, contrairement au reste de l’histoire où elles sont plus détaillées.  On peut d’ailleurs noter un jeu de couleurs avec les bulles (bulles noires/blanches).

 

     On peut noter quelques inégalités dans le design de ses personnages, mais rien de bien méchant. Ils ont tous un chara-design différent et leurs émotions sont assez bien retranscrites ! Mais ce que je préfère c’est quand les intéressés ouvrent leurs colis et que l’on voit ce qu’il y a à l’intérieur !

 

    Pour terminer, la qualité du manga réside bien évidemment dans son scénario qui nous amène à nous remettre en question et à réfléchir grâce à un héros qui n’a pas le profil type du genre. Les questions abordées vont donc toucher tous types de lecteurs, petits comme grands, ce qui va renforcer la portée de la série. Nous pouvons tous être dans le cas de notre héros, dans le sens où one n’est jamais bien satisfait de la vie qu’on mène, alors que le bonheur est à portée de main… De plus pour ne pas sombrer dans le « drame » le pigeon apporte une touche d’humour qui fait du bien et qui nous soulage.

 

Commentaires (0)