Ne jouez pas avec le feu...

Ne jouez pas avec le feu...

Post Title

     C’est aux éditions Komikku que la mangaka Sanami Suzuki nous propose de découvrir sa dernière œuvre basé sur un compte : la petite fille aux allumettes.

 

     On notera tout de suite que ce qui fait l’originalité de l’œuvre, c’est que chacun de ses chapitres constituent un épisode indépendant, mettant en scène divers protagonistes et leur histoire personnelle.

 

     Rin arrive à un moment de leurs vies où ils recherchent le bonheur. Elle va alors leurs proposer non pas d'exaucer leurs vœux ou leurs rêves, mais de donner forme à leurs chimères, c'est-à-dire à ce qu’ils pensent au moment d'allumer les bâtonnets. Elle va alors leurs vendre 50 allumettes chimériques en échange d’une année de leur vie. Ses dernières sont donc censées aider leurs propriétaires, mais nous allons voir qu’au lieu de les aider, ils vont pour la plupart, finir par sombrer peu à peu…

 

     Cette trame va se révéler identique au fil des pages. Un personnage va se laisser tenter par les allumettes, aboutissant à un scénario catastrophique. Pour la pluparts des protagonistes, ils font des choix impulsifs afin d’assouvir leurs désirs immédiats, sans penser aux conséquences de leurs actes. Pourtant Rin essaie de les mettre en garde de façon bien étrange, puisqu’elle ne s'exprime qu’à travers des métaphores incompréhensibles.

 

     Ces récits abordent plusieurs thèmes : l'amour, le désir, l’amitié... et bien d’autres qui s'avèrent ainsi varié. Le fait que l’on est un format épisodique va faire que chaque histoire à son importance et sa moralité. Oui car à chaque fin de compte, on aura une moralité sur les désirs de l’Homme, égoïstes, que l’on peut être parfois.

 

     Je pense que Suzumi a choisi de réaliser son œuvre de cette manière afin d’explorer les dimensions de l’âme humaine. On a l’impression qu’elle en a une vision très pessimiste et elle va nous le montrer tout au long de ses histoires à travers ses personnages qui vont prendre de mauvaises décisions, sombrer toujours plus, voulant se créer un monde utopique etc.

 

     Ce qui est intéressant, c’est que toutes ces histoires ne finissent pas forcément mal et cela nous rassure ! L’auteure ne suit pas toujours le même mécanisme en nous dépeignant des chimères très variées. Elles nous feront rires, nous rendront tristes, nostalgiques, nous toucherons etc. On ne languit qu’une chose, voir les prochaines chimères ! Quelques rebondissements sont aussi présents, afin de mieux comprendre l’histoire, car parfois on est un peu perdu à cause du manque de lien entre certains éléments comme évoqué plus haut.

 

     Bien que le premier cas chimérique serve d’introduction à cet univers, ce format épisodique est à double tranchant. En effet, certaines histoires se terminent trop rapidement avec des moments flous dont on ne comprend pas encore tout. Il y a également le risque de s’ennuyer très rapidement, mais rassurez-vous, la mangaka va placer certains éléments qui laissent deviner la mise en place d'une sorte de fil conducteur autour du passé de Rin.

 

     Graphiquement l’auteure joue énormément sur les expressions et les mouvements de ses personnages, dépeignant parfaitement toute leur folie, leurs sentiments etc. Rin ressort très bien avec sa petite taille qui contraste avec sa « grosse » tête et avec son visage neutre marqué par de grands yeux. Les décors, sont présents quand il le faut et accentue cet effet « malaisant » de l’œuvre. Le découpage des cases et très varié et les perspectives des décors sont tout aussi accentuées. Les planches sont très jolies et nous immergent encore plus dans cet univers. Mes couvertures sont toutes plus jolies et éranges les unes que les autres et nous transmet tout de suite cette étrange sensation que l'on va retrouver à la lecture. Cependant je pourrais quand même émettre un petit bémol sur certaines scènes qui sont assez confuses et dont on a du mal à saisir le sens.

 

      A ce jour, quelques questions subsistent. Lorsque les personnages réalisent leurs chimères, est ce que la conséquence de leurs actes est visible par le monde entier ? Les rêveries ont-elles un impact sur le monde réel ? Quand elle demande un an de vie, les gens la perdent-il vraiment ? Et qu’elle est l’histoire de Rin, son passé ? Petit à petit, cette question va commencer à avoir des éléments de réponses et on languit d’en apprendre plus sur elle !

 

     Le gros intérêt de l’œuvre ne réside pas dans les rêveries mais dans les morales qui en découlent. Comme je l’ai déjà évoqué, on comprend rapidement que derrière tout ça on a une critique de la société dans laquelle on vit actuellement, selon moi, elles sont toutes justes et réelles et c’est malheureux.

 

 

Himiko

Commentaires (0)