Dark Fantasy, Monstres légendaires etc que demander de mieux ?

Dark Fantasy, Monstres légendaires etc que demander de mieux ?

Post Title

     Après Dusk Maiden of Amnesia et Tales of Wedding Rings, voilà que le duo Maybe nous revient en France avec sa toute dernière œuvre : To the Abandoned Sacred Beasts. Et cette fois, ce n’est pas Kana qui va les publier puisqu’il s'est fait voler la vedette par Pika ! Au Japon, la série est toujours en cours et publiée dans le Bessatsu shonen magazine de Kodansha.

 

     Pour commencer, à la fin du premier tome, dans une postface, le duo nous confie qu’il souhaitait proposer une histoire différente de ce qu’il avait pu proposer jusqu’ici. Il nous exprime aussi les craintes de s’essayer à un style complétement différent et donc bien sûr, de sortir de leur zone de confort. Un exploit que l’on ne peut que féliciter car très peu d’auteurs ont l’audace de sortir des sentiers battus. Maybe a donc choisi de s’orienter vers la dark-fantasy, un genre auquel il n’est pas habitué, et on va tout de suite accrocher à leur nouvelle histoire !

 

     Pour faire un rapide résumé, alors que la guerre faisait rage entre le Nord et le Sud, le Nord créa une nouvelle arme pour acquérir la victoire. Cette arme n’est autre que des humains transformés en créatures, appelés « Divins ».

 

     On notera tout de suite, que les auteurs se sont inspirés de la guerre de Sécession qui eut lieu en Amérique (1861-1865) en opposant le Nord et le Sud. De plus, de nombreux éléments graphiques vont venir nous le confirmer comme les décors, les paysages, les tenues, le train… qui ne sont pas sans nous rappeler l’univers des westerns. De plus, la ville de Whitechurch m’a étrangement fait penser à une Londres du XIXe avec ses quartiers, ses cheminées, son espèce de brouillard etc.

 

     Venons-en aux personnages, on suivra la jeune Charlotte, qui se trouve être à la recherche de l’assassin de son père, devenu Divin. Elle ne souhaite qu’une chose, le retrouvait pour le tuer afin de venger son défunt père. Ce tueur du nom de Hank, elle le retrouvera très vite et c’est là que je vais émettre le seul bémol de l’histoire. Charlotte et Hank, vont vite sympathiser et cette dernière va trop vite changer ses intentions vis-à-vis de lui. En seulement quelques pages, elle va passer d’une envie de meurtre à de l’attachement. Je trouve cela dommage que ce changement se fasse aussi rapidement.

 

     Hank n’est autre que l’ancien commandant des Divins, dont la mission est de retrouver tous les divins restant, devenus incontrôlables et de les tuer. On va de suite se prendre de sympathie pour lui, car tous ses affrontements et ses meurtres, le rendent de plus en plus triste et le plongent dans une grande détresse. En réalité, on apprendra qu’il a fait une promesse et qu’il ne ressent aucun plaisir à l’accomplir.

 

     Et c’est là l’un des points fort du manga. En accompagnant Hank dans sa quête, Charlotte verra sa vision sur la situation évoluer. A chaque rencontre avec un Divin, nous découvrirons que derrière leurs apparences monstrueuses, se cachent en réalité des blessures terriblement ancrées au plus profond d’eux. Solitude, exclusion, paranoïa, peur… Ils sont tous meurtris ; bien qu’ils n’en aient plus du tout l’apparence, au fond ils restent humains et ne cherchent qu’une chose : se reconstruire en tentant de survivre dans un monde qui leur est hostile.

 

     A chaque combat, avant l’exécution d’un Divin, Maybe va nous proposer un flash-back, nous expliquant les motivations de ce dernier lors de la guerre. Il nous montre aussi à quel point ils étaient « normaux » avant de sombrer dans la folie. Charlotte découvre donc avec stupéfaction, que les Divins ne sont pas cruels de base, bien au contraire, mais qu’ils ont tout simplement perdu le contrôle de leurs esprits. D’anges Divins ils sont passés à Ange Déchus, démons, monstres…

 

     A ce jour, 3 tomes sont parus et en France et j’ai déjà noté la présence très discrète d’un personnage que l’on ne voit apparaître seulement deux fois si je ne me trompe pas : le prête. Paraissant comme le sauveur des Divins, pour ma part, je pense qu’au contraire c’est lui qui cause leur perte. Comment et pourquoi ? Ca on ne le sait pas encore et je languis d’en apprendre plus à son sujet !

 

     Autre point fort du manga : son bestiaire très complet : minotaure, gargouille, dragon et bien d’autres ! Chaque Divins possède sa propre histoire, personnalité, chara-design… Ils sont issus de la mythologie, de contes fantastiques ou encore de folklore venant du monde entier les auteurs n’ont aucune limite quant à leurs monstres. Ils empruntent aussi des références historiques à la culture occidentale ce qui est très appréciable.

 

     Le thème principal qui ressort du manga sera donc celui de la guerre et de l’après-guerre. Elle a beau être finie, les conditions de vie dans certaines contrées sont toujours aussi dures. Les populations sont des victimes collatérales et ont du mal à vivre correctement. Que les villageois vivent dans la campagne ou en ville, ils tentent tant bien que mal de subsister. Bien qu’ils soient tous en colère et peu rassurés, ils essaient de se reconstruire et de se bâtir un avenir petit à petit.

 

     Pour en revenir aux personnages, un certain Kane fera son apparition dans le second tome. Ancien camarade de Hank, il semblerait qu’il souhaite rallier le reste des Divins à une sombre cause qu’il défend et dont on ne sait pas grand-chose. Ce dernier à trouvé refuge dans la ville de Wihtechurch et ne semble pas du tout content que la guerre soit terminée.

 

     Hank et Kane vont alors s’affronter mais je ne vous dirai pas sous quelle forme car se serait du spoil. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’ils ont l’air lié à une certaine femme du nom de : Elaine. C'est d'ailleurs la créatrice des Divins et de l'arme permettant de les tuer.

 

     Je vous avouerai, qu’au début le nom de Maybe me parlait mais je n’arriverai pas à me rappeler d’où, surtout que graphiquement je n’ai pas du tout reconnu le style de Dusk Maiden of Amnésia !! Qu’elle ne fut pas ma surprise quand je me suis rappelée qui ils étaient !

 

     Leur objectif de sortir de leur zone de confort est totalement réussi. Ils ont créé un univers totalement crédible et magnifique. Le duo passe d’un décor western, à celui de plaines rocheuses, de forêts… efficacement et aisément. Il maitrise le sujet et on ne peut qu’accrocher. On reconnaitra leur style à travers des teintes de noirs et de nuances de gris. Les scènes d’actions s’avèrent clairs, lisibles et dynamiques voir même sanglantes. Le découpage est efficace et on se perd parfois dans la contemplation de certaines cases.

 

     Les personnages et les Divins sont tous aussi beaux les uns que les autres. Toutes les émotions sont superbement retranscrites, même sur les monstres où l’on voit clairement leurs sentiments. Les décors, sont présents en petites touches mais très bien travaillés.

 

     Cependant, connaissant les auteurs je fus surprise de l’absence de fan-service ! Mis à part une scène de douche par ci par là et le décolleté de l’assistance de Hank (Lisa) il n’y a rien de trop exubérant. Cela prouve une fois de plus la volonté du duo de s’éloigner de son style habituel.

 

Himiko

Commentaires (0)