Petit et impuissant...

Petit et impuissant...

Post Title

     Alors que j'étais dans ma librairie habituelle, je cherchais une nouveauté sympa à lire. Le gérant du rayon manga m'a conseillé de lire Wonderland. N'étant pas fan du monde d'Alice j'ai acheté et lu l’œuvre avec une certaine appréhension. Mais contre toute attente je me suis régalée à la lire, surtout qu'elle est terminé en 6 tomes !

 

     Prépublié de 2015 à 2017 dans le magazine Big Comic Superior de Shogakûkan, Wonderland est un manga écrit par Yugo Ishikawa, connu en France pour son autre titre post-apocalyptique : Sprite. En France, le manga sera publié chez Panini Manga et ils se sont emparé là d'une excellent œuvre !

 

     Je l'avouerai, quand j'ai vu sa couverture assez terne et la présence d'Alice au premier plan, la série m'a tout de même un peu intriguée. Est ce que cette œuvre allait être un énième remake du célèbre roman de Lewis Caroll ? Pas du tout, ce premier tome m'a réservé bien des surprises !

 

     L'auteur vient donner une bouffée d'air frais au genre du post-apocalyptique en le renouvelant : pas de monde dévasté, pas de zombies, pas d'expérience militaire ou de virus etc. Ici, on se retrouve dans une ville où les habitants ont rapetissés, comme dans le célèbre passage d'Alice, où à chaque instant ils doivent désespérément tenter de survivre.

 

     Le mangaka va nous plonger dans son récit à travers la jeune Yukkon qui en se réveillant, se rend compte qu'elle a rapetissée. C'est à partir de ce moment que l'on va découvrir ce monde où les humains deviennent les proies d’autres êtres vivants... La ville semble être devenue la terre des oiseaux et des chats qui ne cherchent qu'une chose : se nourrir d'humains !

 

     Nous allons donc suivre les péripéties de Yukko et de Poko (son chien) , qui pour commencer vont chercher à comprendre ce qu'il se passe dans leur préfecture. Et là je trouve que Yugo a eu une excellente idée ! Le fait d'avoir introduit Poko va permettre d'accélérer les choses, l'héroïne ne va pas galérer à se mouvoir dans la ville et il va aussi permettre de la protéger, même s'il paraît assez craintif ! De plus, ce n'est pas un chien invincible, il doit se nourrir et boire, ce qui rend l'histoire encore plus crédible.

 

     Au cours de son périple pour trouver des réponses et de l'aide dans un environnement qui lui est devenu hostile, elle va rencontrer quelques survivants. Ces derniers vont tout de suite adoptés une attitudes défensives et agressives envers elle à cause de la peur de se faire repérer et tuer. Bien évidemment on aura certains personnages qui vont tenter de l'aider et d'autres qui dans toutes fins du monde, vont essayer d'assouvir leur envie de pouvoir et de contrôle.

 

     Mais ce ne sont pas ses meilleurs rencontres... En effet, à un moment elle va rencontrer une drôle de fille en tenue de guerrière qui apparemment se nomme Alice. Pour le moment on ne sait pas grand chose d'elle si ce n'est qu'elle ne parle pas notre langue, à part quelques mots. Mais qui est donc cette Alice ? Peut-on l'identifier à celle de la couverture ? La réponse sera donc donnée au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire. A mon avis, c'est sa présence qui est à l'origine du mal être de cette préfecture ! J'attends donc de lire la suite pour voir si mon hypothèse est confirmée ou non !

 

     Un petit point qui va sûrement vous paraître ridicule mais que j'ai bien aimé, c'est le fait que les personnages peuvent s'habiller avec des vêtements de poupées ! J'espère qu'on les verra à nouveau essayer d'autres habits !

 

     Un autre point que j'ai apprécié et qui n'est pas des moindre, c'est que ce manga est vraiment dans le gore et le dramatique. Dès les premières pages le chat de Yukko n'hésite pas à tuer ses parents devant elle et il n'y va pas de mains mortes ! D'ailleurs je tiens à vous le dire, cette scène est assez choquante, donc cette œuvre n'est pas à mettre dans toutes les mains.

 

     Ce manga va par ailleurs confirmer que les chats sont vraiment des êtres perfides, vicieux et autonomes qui n'hésiteront pas à tuer leurs maîtres, même s'ils sont bien nourris et bien traités. Même si je suis pro « Team chat », je suis tout à fait d'accord avec ce point concernant nos amis à quatre pattes !

 

     Rapidement on va se questionner, tout comme l'héroïne, sur le pourquoi du comment de cette situation. Comment ont-ils tous rapetissés ? Pourquoi cela se passe uniquement dans cette préfecture ? etc. On peut entrevoir quelques réponses à cela, même si elles ne sont pas vraiment données, mais plutôt sous-entendus.

 

     Pour en revenir aux différentes menaces qui concernent les habitants, il n'y aura pas que les animaux. Des forces militaires : les JSDF (Japan self-defense forces) sont présentes sur places, bien qu'elles se présentes comme des forces alliées voulant aider les personnes contaminées, il n'en ait rien ! Du coup, en plus d'éviter les animaux, Yukko va aussi devoir éviter les forces militaires ! Même si ces dernières représentent une ombre au tableau, elles vont apporter quelques éléments de réponses. Par exemple, toutes personnes présentes dans la préfecture vont se retrouver contaminées. Ils doivent donc porter des combinaisons Hazmat évitant toute contamination. L'auteur ne laisse donc rien au hasard, rendant une fois de plus sont histoire encore plus crédible.

 


     Graphiquement, les personnages sont vraiment bien dessinés et ont un côté mignon à croquer (sans mauvais jeu de mot). Cependant, ils ne seront pas dessinés de façon aussi réel que dans Last Hero Inuyashiki par exemple, ils seront plus Kawai. Leurs expressions ne seront pas si bien retranscrites que ça.

 

     Là où la patte graphique de l'auteur va se révéler sans des les moments gores où il n'hésitera pas à dessiner des éffluves de sang ! Les décors sont aussi magnifiquement bien retranscrits avec ses quartiers urbains et modernes, ses magasins actuels (superette, magasin de jouets)...

 

     Les premières et quatrièmes de couvertures sont aussi dérangeantes que l'histoire. Les seuls notes de couleurs sont la tenue et la jeune Alice. Bien que le manga ne soit pas tape à l’œil la couverture en dit long sur ce qui nous attend...

 

     Entre l'étrangeté de la situation et son lot de cruauté, les personnages vont basculer dans l'horreur la plus totale. Il y a très peu de temps morts dans ce premier tome car le mangaka enchaîne les péripéties et utilise un découpage énergique. De plus, le fait que l'héroïne ne s’apitoie pas sur son sort et fait preuve d’un grand calme tout en étant rationnelle, va permettre de démarrer l'aventure sur les chapeaux de roue, sans qu'on est envie de la tuer ! Le récite se révèle donc efficace et l'idée de faire des personnages qui rapetissent est originale et viens renouveler le genre post-apocalyptique !

 

Himiko


 

Commentaires (0)